Tu merdouilles, Arlette !

Publié le par KLAPP'68

Nous te demandions d’intensifier tes efforts entre les deux tours des Municipales. Disons-le d’emblée : ton sursaut n’a pas été tout à fait à la hauteur de nos espoirs.
 
On reconnaît qu’après le premier tour, en qualifiant, sur Radio Alsace, Pierre Freyburger d’ «homme de conviction » qui a réalisé « un beau score », tu étais relativement explicite. Mais tu sais bien que beaucoup de tes ouailles ont du mal à décoder un discours tenu au second degré. Tu aurais dû être directe, comme tu sais l’être d’habitude. Venir nous raconter que t’as voté blanc au premier tour, ça donnait peut-être l’image d’une femme responsable, mais ce n’était pas suffisamment clair pour ceux à qui il faut tout, tout, tout expliquer.
 
Total, le résultat n’a pas été ce qu’il aurait pu être : Bockel est certes fichu, mais tu pouvais l’abattre. Il suffisait en effet de seulement 168 petits bulletins correctement libellés pour achever définitivement cet animal politique hier encore si arrogant et qui va maintenant agoniser durant des années dans d’horribles convulsions. Compte tenu des souffrances qui l’attendent, l’euthanasier eût été plus charitable…
 
…Ou doit-on supposer que tu es en train de céder à quelques penchants sadiques ? En jubilant à l’idée de cogérer avec Freyburger la maltraitance du pov’ Jean-Marie recroquevillé sur son pitoyable petit tas de sable qu’il a pompeusement baptisé « Gauche Moderne » ? Sois pas trop cruelle, Arlette, ça pourrait se retourner contre toi. Surtout que tu as les moyens d’être plus expéditive.
 
Enfin… peut-être… oui… c’est vrai… il y a Rottner… Ton suppléant est-il est vraiment aussi nul que tu l’as laissé entendre le soir du deuxième tour sur FR3 Alsace ?...  Si oui, c’est regrettable, car tu aurais pu envisager de peser sur le choix du Maire…
Et il y a Naboléon, à l’Elysée… Pas facile… Mais imagine un instant que tu parviennes à le convaincre de retirer brusquement le strapontin où il a installé Bockel : c’est la chute euthanasique garantie, même amortie par le petit tas de sable !
 
Bref, des moyens existent pour dégager rapidement ton horizon. Qu’attends-tu donc ?... On a le sentiment que tu merdouilles un peu, Arlette.

Publié dans Politique

Commenter cet article